La mante religieuse, extrait

La mante religieuse, ainsi me nomment-ils.

Des lettres rouge sang sur un fond noir et gris, je leur concède l’accroche. Placée en Unes ou en bandeaux lors d’éditions spéciales, on sait de quoi on parle, Messieurs-Mesdames, pas besoin d’un dessin.

La ménagère frissonne, le mari jure par tous les Saints qu’il n’a jamais fauté, contrairement à ces types trucidés aux dernières nouvelles parce qu’ils menaient une double vie. Lui n’a rien à se reprocher ! Mine conquérante, torse bombé, il jouera les offusqués, sa moitié osant questionner sa prétendue infidélité.

Pourquoi donc ces sous-entendus sinistres, ces doutes infondés ?, lâchera-t-il, la mine déconfite, maniant le verbe jusqu’à faire taire la cherche misères, mais s’en ira aussitôt la belle endormie effacer de son historique les conversations érotiques auxquelles il s’adonne sans compter. Un peu d’intimité !, clamera-t-il la veille de trépasser, ses frasques dévoilées en Unes entre autres perversités.

Votre dévouée va-t-elle encore jouer?

Une maison vide et une clé, bientôt un sort sera scellé.

bouche