Le jour du chien de Patrick Bauwen

Prix Polar 2017, ce thriller possède de nombreux atouts pour me séduire

L’histoire :

Les ténèbres sont mon domaine. Le métro, ma cité des morts. La souffrance de mes victimes, mon plaisir.

Je suis le Chien. Inquisiteur ou Guerrier saint, comme vous voudrez. Dieu est avec moi.

Djeen, je croyais l’avoir tuée. C’était il y a trois ans. Déchiquetée par les roues du métro.

Et voilà qu’elle me menace… Je dois la retrouver avant que Kovak ne le fasse. Et ce jour-là signera l’apogée du Mal.

Mon avis : 

Ce thriller aux rebondissements multiples vous fait tourner les pages au rythme d’une course folle dans les bas-fonds de Paris. Fausses pistes et retournements de situation sont légion et tiennent le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

J’ai aimé : 

Divers points de vue :

L’histoire est racontée à la première personne selon plusieurs points de vue, ce qui participe grandement au rythme et au suspense du roman. Ainsi nous suivons les pérégrinations de la police, dont l’enquête semble au point mort, à travers le regard du Docteur Kovak, en quête de vérité. Nous sommes témoins des délires du Chien qui nous font froid dans le dos et suivons la passion naissante entre le Docteur Kovak et Audrey tantôt dans la tête de la juge, tantôt dans celle du médecin.

Le décor :

Le personnage du Chien nous emmène dans les tunnels du métro puis dans les catacombes, son terrain de jeu. Ce réseau sous-terrain en plein coeur de Paris est si bien décrit qu’on s’y croirait. Frisson garanti.

Le dénouement :

… ou devrais-je dire les dénouements. Car lorsque vous pensez enfin toucher la vérité du doigt, celle-ci vous échappe. Vous n’êtes donc pas au bout de vos surprises.

Une fin surprenante, impossible à deviner

Je n’ai pas aimé :

J’ai mis beaucoup de temps à entrer dans l’histoire et me suis demandée pourquoi.

Voici un élément de réponse concernant les 30 premières pages :

Descriptions floues :

« Il est grand, mince, avec des yeux bleus et de longs cils de fille »

« Il se précipite pour me rattraper mais je l’interromps d’un geste »

Descriptions trop longues :

L’application Megascope, décrite sur plus d’une page.

« Une application pour Smartphone(…) Tu filmes avec ton portable et ça retransmet en direct sur le Web (…) Le contenu est accessible durant vingt-quatre heures, et ensuite il s’efface (…) Il n’y a pas si longtemps, un célèbre footballeur du PSG s’est filmé en train de répondre aux questions des internautes en direct, et ses propos ont débordé sa pensée, il s’est carrément moqué de son entraîneur. Ses paroles étaient déplacées, voire injurieuses, d’autant que (…)  » Je vous épargne la suite car j’imagine que comme moi, vous la connaissez.

Certaines anecdotes me laissent dubitative :

En voici un exemple, page 53.

Le Docteur Kovak raconte à Audrey:

« Un jour, j’ai reçu une patiente qui s’était blessée avec un os dans son congélateur »

Comment peut-on bien se blesser avec un os congelé, au point d’atterrir à l’hôpital ? Je m’interroge… Aucune réponse.

Le docteur Kovak enchaîne :  « Un peu bêtement, elle avait apporté l’os avec elle (…) Il y a eu un problème : on s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un os humain »

Je vous laisse découvrir la suite mais avouez que ça laisser perplexe… 🙂

Les personnages

Leurs caractéristiques m’ont semblé un peu légères.

. Christian Kovak : beau-ténébreux-torturé-tout de noir vêtu- en quête de vérité- passé trouble- toutes les femmes sont folles de lui- excessivement riche.

. Djeen : blonde sculpturale aux yeux bleus- génie Asperger- fait tourner toutes les têtes- crée des décors virtuels pour « Game of Thrones »-morte- cache un secret.

. Audrey : belle juge- intelligente- peu sûre d’elle- ignore son charme naturel- tombe éperdument amoureuse du beau et riche médecin- se torture l’esprit inutilement car le Dr Kovak en pince pour elle.

Ceci, en grossissant les traits, naturellement.

Conclusion : 

Même si je n’ai pas adoré ce roman, dire que je ne l’ai pas aimé serait excessif. J’ai suivi les péripéties de ses protagonistes avec beaucoup d’intérêt et ai adoré sa fin que je n’ai pas vue venir ! Une agréable lecture au final.

Comme je ne cesse de le répéter, ceci reste mon avis.

Le meilleur moyen de vous faire votre idée reste de découvrir ce thriller par vous-même.

Les +

Le jour du chien a obtenu le Prix Polar 2017 Babelio.com-Albin Michel

BONUS : 

pol_cover_23615
LIEN AMAZON
FB
FACEBOOK AUTEUR