ÉTAT DE NATURE de Jean-Baptiste de Froment

L’histoire :

Qui n’a jamais rêvé d’être reconnu à sa juste valeur? Claude est un homme qui a longtemps été discret. Il fait bien son travail, mais manque d’éclat. Quand la retraite de sa supérieure approche. Il se décide à briguer son poste. Mais une jeune femme dont la valeur est plus grande que le nombre de ses années, va se placer sur son chemin. C’est une histoire mille fois entendue : l’ambition contrariée. Sauf que Claude n’est pas n’importe qui. C’est un des plus hauts personnages de l’État. Sa supérieure, c’est la présidente de la République. Et son ennemie, c’est une jeune préfète, séduisante et charismatique – son contraire en tous points. Commence alors un duel politique et médiatique pour le contrôle d’un pays, d’un peuple, d’un État.

Mon avis : 

Cette politique-fiction pertinente sur le fond et grinçante sur la forme se téléscope indéniablement avec l’actualité du moment. Un premier roman audacieux qui nous emmène dans les coulisses du pouvoir et dresse un portrait peu flatteur des technocrates qui le briguent.

Dans cet univers très masculin et ô combien mesquin que nous dépeint l’auteur, nous suivons le parcours de Barbara Vauvert, une préfète charismatique adulée par ses administrés que de hauts fonctionnaires d’État décident de mettre au placard.

Cette manœuvre grossière attisera la colère des habitants de la Douvre, département fictif de cette « France Périphérique », qui ne supportent plus la condescendance de la capitale. L’embrasement est immédiat. Le pays tout entier se soulève.

J’ai aimé :

On sent que l’auteur maîtrise parfaitement l’aspect politique du roman. Les dialogues sont piquants, l’humour grinçant, la plume précise. On se laisse embarquer dans un univers de l’entre-soi dans lequel on suit Barbara, blanche colombe, qui découvre les arcanes du pouvoir. On se demande jusqu’où peuvent conduire les manigances de courtisans qui font et défont des carrières au gré de leurs intérêts personnels. On se demande ce qui va émaner du chaos engendré par ces esprits étriqués et si le pays en ressortira finalement réformé et/ou grandi.

J’ai moins aimé :

Pendant ma lecture, il me semble évident que l’auteur a une bonne connaissance du milieu politique. Je me renseigne et apprends qu’il est un ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy à l’Élysée et a été élu en 2017 premier vice-président du groupe Les Républicains & indépendants du Conseil de Paris. Sachant cela, j’aurais adoré qu’il pousse davantage le curseur côté réformes d’État et ne se contente pas de nous dresser un portrait (certes très réussi) d’une succession de bas instincts qui mènent au final à une conclusion sur une gestion de crise et ses conséquences un peu hâtive à mon goût.

J’ai adoré la plume et le ton de l’auteur. J’espère le retrouver dans un univers similaire et peut-être un peu plus poussé au prochain roman.

LIENS UTILES :

Lien Amazon

http://www.auxforgesdevulcain.fr/

https://www.facebook.com/auxforgesdevulcain/

Belles lectures à tous !

SK.