Agent explorateur

J’écris.

Depuis toujours.
Tout le temps.
Partout.

Des agents comme moi, il en existe des centaines de milliers, travaillant pour la Cause, le bien commun. Pourvus du pouvoir de précognition, nous avons pour mission d’explorer les futurs possibles, d’en dresser les ébauches à l’aide de mots capables de résonner au sein des plus hautes sphères de l’Etat qui s’en empare ensuite pour pallier aux plus infimes remous de notre société.

Nous sommes redoutables. Dès notre plus jeune âge, nous sommes répartis en Castes. La mienne se nomme « Chaos ». Sa mission est de pointer du doigt ce que l’humanité a à proposer de pire en terme de progrès techniques et permet à elle seule de cloisonner toute la société. Armés de mots, nos agents ont le devoir d’entrer en résonnance avec la Caste des Réformateurs, ces philosophes ou inventeurs auxquels l’Etat donne régulièrement la parole pour maintenir l’illusion d’une société ouverte.

Ces imposteurs tentent de nous vendre une société obsolète, construite sur une idée d’égalité de droits et de devoirs pour chaque citoyen, une uniformité bancale dont le terreau serait la débauche, les plaisirs immédiats, les rencontres libres et instantanées qui créerait autant d’électrons libres qu’elle entrainerait inévitablement la Grande Cause à sa perte.

L’évolution, ils appellent ça ! Heureusement que ma Caste veille à ce que l’accent soit mis sur l’éphémère, le malheur, la solitude et l’isolement programmée pour chaque citoyen si de telles pratiques devenaient les mœurs de chacun de sorte à ce que les Réformateurs demeurent minoritaires, leurs idées moquées, décriées par le plus grand nombre.

Leur dernier coup d’Etat a été de nous conter des temps anciens. Ils ont remis au goût du jour cette légende vieille comme le monde selon laquelle des peuples écrivaient jadis pour le plaisir, par amour de la langue, à la recherche du bon mot. Ils aimaient échanger, partager des idées, transmettre une pensée. On les appelait alors « Auteurs ».

Ces individus, quelquefois érigés en exemple, brillaient en société lorsque leurs récits rencontraient des adeptes et faisaient parfois échos dans la société.

Cette légende nous laisse pantois, nous, explorateurs du chaos. Nous savons que l’évocation d’une telle chimère laisse rêveur bon nombre de citoyens mais moi, je doute que cette époque ait existé ! Mais si elle a vécu, à présent elle est révolue, ne sera jamais mienne.

Explorer les futurs est ma mission, ma seule raison de vivre. Celle qui m’empêche de dormir.

Alors j’écris.
Tout le temps.
Partout.

Je suis agent explorateur.